16/11/2007

Araignées parasitées...

Toujours sous l'auvent d'une petite chapelle en bordure de forêt de Soignes, non loin d'étangs, j'ai trouvé cette petite femelle (max 5mm) Tetragnatha... peut-être juvénile ?

Elle avait mis son écharpe d'hiver... mais il me semble qu'elle est bien parasitée là... :0021: ...un insecte lui a pondu son oeuf juste à la base du céphalo, là où elle ne sait pas l'enlever... Mr. Green

Mais certaines larves sont simplement là aussi pour se faire transporter comme nous l'explique superbement Etienne dans ce post :

http://www.insecte.org/forum/tetragnatha-sp-araignee-para...











 

J’ai été impressionné par la description que faisait John Crompton dans son livre « L’Araignée » (1951) du parasitage de la « mouche » Ichneumon sur une araignée…

Citation:

« L’Ichneumon est végétarienne mais pour « prévoir » de la nourriture pour son « bébé », elle pond son œuf tout simplement sur un araignée bien robuste, laquelle ensuite vaque à ses affaires sans se soucier apparemment de ce précieux fardeau qu’elle a reçu, de ce minuscule jockey qu’elle transporte maintenant avec elle. Bien que son petit soit un cavalier né et ne lui donne aucun souci une fois qu’elle lui a fourni une monture, il ne s’ensuit pas que le travail de la mère Ichneumon soit simple. C’est la mise en selle qui est, ou devrait être difficile ; un animal frappé de panique n’est pas aisé à monter. Or l’araignée, bien que pétrifiée par la mère, ne lui oppose pas de résistance. L’Ichneumon choisit ses victimes surtout parmi les araignées tisseuses et lorsque l’araignée l’aperçoit, elle s’enfuit en hâte et se laisse tomber de la toile par un long fil. Elle se tient coite, dans l’espoir que la mère ne la découvrira pas. Espérance vaine. La mère la suit tranquillement le long du fil sans quitter des yeux cette forme tremblante, qu’elle va jusqu’à effleurer et caresser avec ses antennes. Ensuite, elle la chevauche, arque son abdomen et dépose un œuf juste sous la peau du dos. Ceci fait, elle descend, se nettoie, lisse ses ailes et s’en va. Rien de plus facile. »



Pour la « pétrification » de l’araignée, certains ont parlé d’hypnotisme d’autres encore que l’Ichneumon pique l’araignée avant, ce que ne pense pas Crompton !!


Citation:
« L’œuf éclot, une minuscule larve de couleur crème en émerge… Au milieu du dos de l’araignée se trouve un creux, une sorte de selle à quoi s’accroche la larve : c’est le seul endroit où elle soit inaccessible. »…



Crompton continue pendant des paragraphes à décrire le processus de la larve à la chrysalide qui finalement dévorera l’araignée… Je vous passe les détails mais ce livre est captivant, obsolète peut-être, 1951, mais j’y ai appris quand même beaucoup de chose !!

 

 

En tout cas, le 10 novembre, elle était toujours là...





 

 

 

De l'autre côté de cette forêt, alors que le gel s'installe la nuit à cette mi-novembre, j'ai trouvé cette petite Cyclosa (4/5mm) vraisemblablement conica, non pas sur sa toile mais sur ces petites bornes indicatrices en bois que j'ai plaisir à scruter... Laughing Outre les Drapetisca socialis (qui sont tjrs là, elles...) j'ai trouvé celle-ci, elle avait une tache jaune... chouette me dis-je, peut-être une espèce différente... :0022: ... et non, une simple larve...








 

 

23:25 Écrit par Richardunord dans Cyclosa conica, Parasites, Tetragnatha | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

... Très belle série et merci du commentaire.
Amitié Ben

Écrit par : ben | 17/11/2007

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire