31/07/2013

STOP ! Arrêtez les travaux...

C'est à chaque taille la même chose... Pendant que je coupe, je vérifie quand même si les locataires de ma haie sont bien partis, souvent effrayés par la scie électique...

Parfois (et même souvent) je dois arrêter le travail (et ça me permet de souffler un peu... et de prendre quelques clichés !) soit pour retirer la "chaussette" d'Agelena sp. avec la bestiole à l'intérieur soit pour déplacer une autre araignée !

 

 

 

31.07.2013Canon 018.JPG

 

 

 

Celle ci-dessous se cachait dans un petit refuge de toile, avec son cocon...

 

 

31.07.2013Canon 022.JPG

 

 

31.07.2013Canon 025.JPG

 

 

31.07.2013Canon 026.JPG

 

31.07.2013Canon 026a.jpg

 

 

31.07.2013Canon 031.JPG

 

 

Jolie femelle Pisaura mirabilis (Pisaure admirable) qui tient son cocon accroché à ses chélirères...

Pas facile à prendre en photo car perdue dans le "forêt" des brindilles de ma haie... Elle finira par y rentrer à l'intérieur... me permettant de continuer ma coupe !

 

22:20 Écrit par Richardunord dans Nurserie, Pisaura, Pouponnière | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Pas perdues pour tout le monde...

J'ai failli appeler ce fil "Mon élévage extérieur..." à vrai dire, c'est un peu ça !

Les mouches que j'élimine à l'intérieur ne sont pas perdues pour tout le monde... j'ai planté des bambous près de ma terrasse et ils arrivent à bonne hauteur pour scruter les arachnides qui y habitent !

 

31.07.2013Canon 044.JPG

 

 

01.08.2013Canon 012.JPG

 

 

Bref, j'y remarqué une petite araignée qui se blotissait dans un petite refuge de toile... et le lui ai donc offert les mouches du jour...

 

Mercredi 31 juillet 2013

 

 

31.07.2013Canon 042.JPG

 

Un joli petit mâle juvénile Zygiella-x-notata !

 

Jeudi 01 aoüt 2013

 

il a déjà fait le ménage... et je lui ai remis une mouche ce matin...

 

 

01.08.2013Canon 005.JPG

 

Son abdomen semble déjà bien plein... j'en ai reperé une deuxième que je vais nourrir aussi alors !!

22:08 Écrit par Richardunord dans Prédations, Zygiella | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/07/2013

Entre deux orages... Enoplognatha sp.

Je profite d'une baisse de la t° pour un rapide passage dans un coin habituel, le long du ring entre Groenendael et Waterloo, sur l'ancien terrain de course !

En me parquant, j'ai aperçu une biche qui courait dans le bois qui longe le ring, et pas loin de celui-ci... sans doute effrayée par deux promeneurs et leur chien !

Comme cette zone n'est pas grillagée, vaut mieux se méfier sur ce ring !! Il est question, dixit le garde forestier, de "fermer" toute cette zone dans les prochaines années...!

J'ai donc fait mon petit tour mais bon, suite à l'orage violent d'hier, pas mal de végétation avait souffert...

J'ai quand même repéré quelques Enoplagnatha sp., dont celle-ci qui nous élimine une guêpe... C'est pour cela qu'on les aime !!

 

 

28.07.2013Canon 010.JPG

 

28.07.2013Canon 003.JPG

 

 

Pas vu grand chose d'autre comme arachnides...

 

 

28.07.2013Canon 046.JPG

 

 

 

 

28.07.2013Canon 045.JPG

 

 

Pour faire plaisir au garde-forestier, qui fait du miel, j'ai pris quelques clichés de ses abeilles...

 

 

28.07.2013Canon 030.JPG

 

28.07.2013Canon 031.JPG

 

28.07.2013Canon 032.JPG

 

28.07.2013Canon 035.JPG

 

28.07.2013Canon 037.JPG

 

J'attends qu'il me vende (ou m'offre... :-))) ...) un pot de son miel !!

15:45 Écrit par Richardunord dans Abeilles, Enoplognatha | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/07/2013

Saisonnières, annuelles ou perennes...

Discution intéressante sur un site que je visite régulièrement :

 

http://araignees.xooit.fr/t5797-Bien-a-l-abri.htm#p45404

09:37 Écrit par Richardunord dans Saisonnières, annuelles... | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

24/07/2013

Linyphia triangularis et...

J'ai toujours beaucoup de Linyphia triangularis dans mon jardin... actuellement encore petites, elles sont difficilement visibles car toujours à l'envers sous leur toile en nappe !

Celle-ci a attiré mon regard car justement "à l'endroit"...

 

 

24.07.2013Canon 016.JPG

 

Si vous regardez en haut, une autre araignée se trouve en-dessous de cette même toile... "Tiens, me dis-je, peut-être une tentative d'accouplement..." sans me rendre vraiment compte que le mâle Linyphia est différent !

j'en ai profité pour bien la photographier, on remarque bien le dessin de diapason qu'elle arbore sur son céphalo...

 

Avec flash...

24.07.2013Canon 016a.jpg

 

Sans flash...

 

24.07.2013Canon 020.JPG

Ensuite, je me suis intéressé à l'autre...

 

 

24.07.2013Canon 017.JPG

 

mais en bougeant un peu la toile, elle s'est enfuie plus loin... et... que neni, ce n'était pas une autre Linyphia qui squattait la même toile...

 

 

24.07.2013Canon 021.JPG

 

 

J"ai dû laisser la suite en attente mais entretemps, Florian, dans son commentaire, a bien reconnu une Enoplognatha sp. (ovata/latimana)... aussi très présentes dans mon jardin...

Etonnant quand même qu'elles se disputent une même toile...

Pour répondre au questionnement de Florian, à savoir comment photographier l'endroit des Linyphia puisqu'elles sont toujours à l'envers sous leur toile, j'ai répondu dans ce post : http://richardunord6.skynetblogs.be/archive/2012/08/22/le...

"Suffit" de glisser un miroir en-dessous... ça marche... oui, oui !!

http://richardunord6.skynetblogs.be/archive/2007/09/02/sy... mais je ne sais pas si la deuxième photo apparaîtra mais bon... ça fonctionne !!

 

18:27 Écrit par Richardunord dans Enoplognatha, Linyphia triangularis | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Nuctenea umbratica - Epeire des fissures

Simplement pour vous montrer une juvénile, de quelques mm, trouvée sur un nichoir de mon jardin... Elle est déjà très typée, très reconnaissable !!

 

 

24.07.2013Canon 008.JPG

18:13 Écrit par Richardunord dans Nuctenea | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Ah ! Les Opilions... Opilio canestrinii et Leiobunum rotundum

Ben oui, j'en vois tout le temps... Au début (2006) de mon intérêt pour les arachnides, les Opilions, qui ne sont pas des araignées mais qui font quand même bien partie de la famille des Arachnides au même titre que les Acariens, Scorpions etc..., m'ont intéressés un peu (voir Opilions dans Catégories) mais à l'époque, le petit apn Nikon que j'utilisais ne me permettais pas d'avoir suffisamment de détails pour les déterminer...

Voici ce qu'il faut pour pouvoir les déterminer :

"il y a un certain nombre de caractères présents sur les yeux : yeux lisses, tuberculeux ou épineux, avec plus ou moins d'épines, plus ou moins grandes... Yeux petits (voire absents dans de rares cas) ou très gros... Chélicères avec des épines ou non, chélicères très longues... Pédipalpes avec des apophyses ou non, des épines ventrales très développées ou non... Selle (bande dorsale de l'abdomen) : présente ou non, linéaire, maculée, avec un bande dorsale ou non, etc. La robe générale peut aussi être importante mais certaines espèces présentent beaucoup de variabilité (y compris au niveau de la selle). Il convient donc d'être prudent. Le pénis est également déterminant pour des espèces difficile à déterminer jusqu'à l'espèce comme dans le genre Nelima."

Merci à Emmanuel (Opiliones2000)

 

 

26.07.2013Canon 009.JPG

 

Petit rappel... Les Opilions sont complètement inoffensif, ils n'ont pas de venin et sont très utiles comme "nettoyeurs" de jardin !!

J'avais quand même, à l'époque, demandé à un spécialiste belge, Luc Vanhercke, de m'aider pour cette photo-ci : http://richardunord6.skynetblogs.be/archive/2006/11/20/ar...)

Dernièrement, Didier Petot (superbe site http://dipode-vie.net/Arachnides/Index.html et administrateur de la galerie de LDMI) m'a relancé pour un Opilions flashé en 2006, un Opilio canestrinii !

Bref, comme j'en ai encore deux sur un mur de mon jardin et que la théorie (grâce au site de Pierre http://arachno.piwigo.com/index?/category/766-opilio_canestrinii) est plus accessible, je me suis pris au jeu de les déterminer...

Vraisemblablement de la même espèce, Opilio canestrinii, voici ce que nous en dit la théorie (trouvé sur Internet http://www.gretia.org/dossiers_liens/nosact/inv_pdl/pdf/Fiches_taxons/Opilions.pdf) :

 

Eléments de biologie et d’écologie

 

Au même titre que les araignées, les scorpions ou les acariens, les opilions sont des arachnides. Ils se caractérisent ainsi entre autres par la présence de 4 paires de pattes, généralement très longues. Ils se différencient des araignées par leur abdomen (segmenté) soudé au céphalothorax, leur donnant ainsi un corps d’aspect trapu et ovoïde. Une seule paire d'yeux simples est disposée sur une protubérance dorsale appelée ocularium.

 

Ils sont davantage connus sous leur nom vernaculaire de « faucheurs » ou « faucheux » (Dans mes posts sur les Opilions - voir catégories -, j'explique l'origine de ce qualificatif http://richardunord6.skynetblogs.be/archive/2009/09/12/ar...).

Leur régime alimentaire ressemble à celui des araignées : ils sont carnivores. Les proies sont saisies par les pédipalpes, puis triturées par les chélicères pour être imprégnées de suc digestif. En revanche, contrairement aux araignées qui ne consomment que des proies, les opilions peuvent à l’occasion se nourrir de cadavres (régime détritivore ou nécrophage). Ils sont plutôt actifs la nuit.

 

La reproduction, au contraire des araignées, ne fait pas intervenir de parade nuptiale, et l’insémination est directe. La copulation ne dure que quelques minutes et peut se répéter plusieurs fois. Les femelles pondent les oeufs fécondés grâce à leur ovipositeur, et les abandonnent dans la nature.

 

Il existe onze familles d’opilions mais la plupart des espèces françaises sont des Phalangiidae. A ce jour, l’ordre des Opilions comporte plus de 5000 espèces décrites, dont 120 sont présentes en France

 

(Delfosse, 2004).

 

La théorie du site de Pierre pour l'Opilio canestrinii :

 

Habitus : A de longues pattes, est de couleur claire et ressemble assez bien à Leiobunum mais l'ocularium est assez petit et plat et de couleur claire. Les traits blancs surlignés de noir de l'abdomen le rendent assez reconnaissables.

 

Pour Emmanuel :

Opilio canestrinii. Quelques caractéristiques : les chevrons de l'abdomen, les pattes noires, le petit ocularium avec quelques épines, la robe orangée...(les yeux tendent à se rejoindre vers la partie supérieure) Emmanuel" 

Bon, ben fort de cela, voici ce que je pense être des Opilio canestrinii :

 

L'ocularium petit et plat, de couleur claire...

 

 

 

24.07.2013Canon 013b.jpg

 

 

 

24.07.2013Canon 013a.jpg

 

 

24.07.2013Canon 013.JPG

 

 

il est accompagné d'un autre...

 

 

24.07.2013Canon 034.JPG

 

La seconde partie de la théorie de Pierre :

"Les traits blancs surlignés de noir de l'abdomen le rendent assez reconnaissables."

me semble correspondre...

 

 

 

26.07.2013Canon 023.JPG

 

 

Chouette, "mon" spécialiste belge, Luc Vanhercke, me confirme :

"Identifiés correctement"

 

Merci à lui...

 

 

Alors le suivant est d'une autre espèce, aussi très présente dans mon jardin !

Identifié par Emmanuel (Opiliones2000) comme Leiobunum rotundum...

 

Pas cette photo-ci mais les suivantes !!

 

Voici ce qu'il faut photographier pour identifier un Opilion :

http://www.insecte.org/forum/viewtopic.php?f=83&t=90759

 

26.07.2013Canon 004.JPG

 

 

 Leiobunum rotundum

 

 

19.08.2013Canon 025.JPG

 

19.08.2013Canon 026.JPG

 

19.08.2013Canon 027.JPG

 

19.08.2013Canon 029.JPG

 

 

 Quelques infos supplémentaires pour la détermination :

 

 

Voilà d'autres précisions trouvées sur le net :

Leiobunum sp.

les Leiobunum n'ont pas ces épines sur la partie céphalique

Ocularium inerme

L. rotundum

coloration uniformément foncée de l'ocularium

"selle" (de femelle) etroit/droit, et forme du corps plus droit/longue



Leiobunum blackwalli

Ocularium blanc ou à tendance roussâtre, la selle triangulaire et l'aspect du corps de forme "poire" ...





Phalangium opilios sp.

pedipalpes très longues et fines

chélicères peu proéminents, petits

deux petits dents au dessus de les cheliceres typique de P.opilio

vérifier la présence (P. opilio) ou absence (M. morio) des 2 fameux tubercules.

épines sur ocularium

sur le bord antérieur du céphalo, on distingue deux épines tuberculeuses, épines qu'on ne trouve pas chez Leiobunum mais qui existe chez Opilio (mais on devrait cependant en apercevoir d'autres répartie sur la partie céphalique, les trochanters, etc...).

fémurs des pattes, pour mieux voir les armatures existant chez Opilio : rangées d'épines tuberculeuses sur l'ocularium d'Opilio tandis que celui de Leiobunum est inerme, et épines des pattes plus nombreuses et fortes chez Opilio

Encore un échange instructif (juillet 2015) avec Emmanuel ici :

http://www.forumbretagne-vivante.org/t13317-opilion

 

Phalangium opilio. Vous avez antérieurement les deux épines supra-chélicérales qui sont un indice précieux. L'ocularium est large et bien épineux, les pattes bien épineuses et la selle caractéristique (plus marquées au niveau des articulations abdominales que chez Mitopus morio).

 

18/07/2013

Ma préférée... Araignée - Marpissa muscosa

Ben oui... C'est la plus présente dans mon petit jardin et elle a une bonne bouille je trouve !!

 

 

 

18.07.2013Canon 007.JPG

 

 

Marpissa muscosa...

J'ai installé, dans le fond de mon jardin, un hôtel à insectes, pas tellement fréquenté par les abeilles solitaires mais il y a d'autres clients...

 

 

 

18.07.2013Canon 012.JPG

 

 

La "chambre" à gauche, en haut, est celle de "ma" Marpissa !

 

 

18.07.2013Canon 013.JPG

 

 

Faut savoir que ce bambou est occupé... le flash fait le reste !!

 

18.07.2013Canon 007a.jpg

 

 

27.07.2013Canon 006.JPG

19:54 Écrit par Richardunord dans Marpissa | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

16/07/2013

Philodromus dans ma cuisine... Araignées

Un Philodromus du groupe aureolus, qui comprend P. aureolus, P.cespitum et P. collinus (pour la Belgique - on ajoute P. longipalpis pour la France)...

Ce mâle-ci est venu me dire coucou dans ma cuisine ! 4mm de corps

 

 

16.07.2013Canon 009.JPG

 

 

16.07.2013Canon 017a.jpg

 

 

16.07.2013Canon 017.JPG

14/07/2013

Gueules de Tégénaires...

En lisant des articles sur LMDI (Le monde des Insectes), j'ai remarqué la remarque suivante de Pierre :

"... je remarque que les (Tegenaria) agrestis ont des chélicères rougeâtres tandis que les T. atrica ont des chélicères beaucoup plus sombres..."

J'ai donc regardé mon stock de photos et aimerait vous faire profiter de quelques fasciès !!

Arachnophobes s'abstenir...

 

Tegenaria agrestis

 

 

 

10-07-2011 107a.jpg

 

 

 

 

 

10-07-2011 107.jpg

 

 

 

Tegenaria du groupe atrica

 

 

 

 

 

 

 

 

18.06.2013Canon 013a.jpg

 

 

16-03-2012 008b.jpg

 

 

23-08-2011 271.jpg

 

18-02-2011 066.jpg

 

29-09-2010 056.jpg

 

 

29-04-2011 002.jpg

 

ça semble corroborer les dires de Pierre...

Par contre, les Tegenaria parietina ont aussi des chélicères plus claires, enfin, celle-ci dumoins (peut-être juvénile) car la suivante est plus sombre !

 

 

27-09-2010 Canon.jpg

 

 

27-09-2010 001.jpg

 

T. parietina

 

 

27-08-2009 038
 
 
 

 

 

Pour la différence de l'habitus, de la robe de l'abdomen, voir la fin de ce post : http://richardunord6.skynetblogs.be/archive/2011/07/09/te...

Une pierre de plus dans la mare des châtaigniers - Araignées

 

J'ai déjà pas mal "travaillé" sur le sujet de la répulsivité du bois de châtaignier : à lire...

http://richardunord6.skynetblogs.be/chataignier/

 

Une nouvelle occasion, lors d'une étape en France, m'a permit d'affiner encore un peu plus...

A Beaumont-en-Auge : à lire... impressionnant !!

http://basse-normandie.france3.fr/2013/07/11/beaumont-en-...

Bref, je suis arrivé le lendemain...

 

12.07.2013Canon 015.JPG

 

 

12.07.2013Canon 017.JPG

 

Alors, pour une fois que j'ai l'occasion de voir de près la charpente d'une église du XIème, je me suis rappelé de l'affirmation ancestrale, à l'origine de cette croyance :

"l'argument serait que dans les grandes cathédrales, les charpentes sont en châtaignier (ou en chêne) et déplaisent aux araignées ... Que sa haute teneur en tanin fait que les araignées n'y tissent jamais leur toile... "

 

Ne sachant pas de quel bois il s'agissait, j'ai quand même vérifié et ai trouvé ceci :

 

Outre la toile, on remarquera que la poutre est aussi attaquée par des insectes xylophages (trous de vrillettes ?)

 

12.07.2013Canon 018.JPG

 

 

Ci-dessous une toile typique de Segestria...

 

 

12.07.2013SonyBri 008.JPG

 

 

12.07.2013SonyBri 009.JPG

 

 

La société de rénovation ayant laissé sa pub, je les ai contactés afin de connaître l'essence du bois de ces charpentes...

 

 

12.07.2013SonyBri 012.JPG

 

12.07.2013Canon 014.JPG

 

Voici donc la réponse par mail :

 

"En réponse à votre mail, sachez que 95% des charpentes anciennes sont réalisées en chêne, bois également très riche en tanin ! Seul les voûtes des églises sont réalisées principalement avec du lambris châtaignier. Je pense que le chêne et le châtaignier sont des répulsifs en raison de leur tanin mais uniquement quand ils sont frais de sciage, après quelques années de séchage, les araignées sont de retour !!

 

 Un compatriote expatrié. ( de Virton, province de Luxembourg)

 

 Cordialement

 

 

Baptiste ADAM"

 

Grand merci à lui... ça conforte mes trouvailles !!

 

22:47 Écrit par Richardunord dans Châtaignier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/07/2013

"Araignée aux fesses noires" - Ostearius melanopygius

Il y a un peu plus d'un mois, je vous ai présenté ceci :

http://richardunord6.skynetblogs.be/archive/2013/05/28/co...

J'y suis donc retourné, ce 7 juillet, pour en vérifier l'évolution...

Eh ! ben... Elles sont toujours bel et bien là !! Etonnant et impressionnant... Le temps de déposer mon appareil sur son monopod pour prendre les quelques les macro ci-dessous, à quelques cm, et elles avaient déjà envahi mon appareil...

 

 

07.07.2013Canon 001.JPG

 

 

07.07.2013Canon 008.JPG

07.07.2013Canon 017.JPG

 

 

07.07.2013Canon 009.JPG

 

07.07.2013Canon 002.JPG

 

07.07.2013Canon 011.JPG

 

 

Presque tout est recouvert de toiles... 

 

 

07.07.2013Canon 005.JPG

 

07.07.2013Canon 003.JPG

 

07.07.2013Canon 006.JPG

 

 

Un peu plus loin, en retournant vers ma voiture, une araignée-loup traversa le sentier... une Arctosa leopardus (merci Koen) 

 

 

07.07.2013Canon 023.JPG

 

 

07.07.2013Canon 019.JPG

 

 

Une belle gueule...

 

 

07.07.2013Canon 022.JPG

Etangs de Groenendael... Araignées

Qui dit étang dit roseaux et qui dit roseaux dit (parfois) Epeires des roseaux (Larinioides cornutus).

 

 

07.07.2013Canon 097.JPG

 

Alors que les autres Epeires (chez moi...) sont encore toutes petites, cette Epeire des roseaux avait un beau gabarit, presque 10mm de corps ! C'était en fin de journée et elle commençait à construire sa toile... toujours fascinant cela !

 

07.07.2013Canon 084.JPG

 

07.07.2013Canon 089.JPG

 

07.07.2013Canon 090.JPG

 

07.07.2013Canon 091.JPG

 

07.07.2013Canon 092.JPG

 

 

07.07.2013Canon 093.JPG

 

 

 

Une autre araignée, plus petite (5mm de corps), au bord de l'eau, sous une toile qu'elle avait confectionnée près du sol ! Une Linyphia hortensis...

 

 

07.07.2013Canon 075.JPG

 

 

07.07.2013Canon 082.JPG

 

 

 

Toujours dans le même coin, quelques jolies Parasteatoda lunata (ex. Achaeranea dite encore en language vernaculaire Theridiidae magnifique) et leur typique cocon !

 

Ici en pleine prédation... (Son cocon est juste au-dessus !)

La proie est peut-être Polydrusus prasinus ?? 

 

 

07.07.2013Canon 050.JPG

 

 

07.07.2013Canon 055.JPG

Quelques explications ici : 

http://www.natagora.be/fileadmin/Regionales/Entre-Sambre-... 

 

 

07.07.2013Canon 065.JPG

 

 

Souvent associée aussi à l'eau, cette magnifique Tétragnathe, trouvée dans un jardin, loin de l'eau... n'a pas daigné me monter le recto... Qu'à cela ne tienne, en partie l'identification passe aussi par le verso... Le sternum unicolor élimine une partie des Tetragnatha :

Ce n'est donc pas Tetragnatha extensa ou pinicola qui ont une bande médiane claire qui partage le sternum en deux ! (absente ici !)

 

 

04.07.2013Canon 073.JPG

En lisière de forêt de Soignes... Araignées

Petit passage rapide en lisière de forêt de Soignes, près de Groenendael, sur l'ancien champs de course... le long du ring !

C'est un endroit qui m'avait été conseillé par le garde-forestier, l'année dernière, car ça "pullulait" d'araignées... Effectivement, c'est un bon endroit et je vous ai déjà présenté les nombreuses Epeires carrées du coin http://richardunord6.skynetblogs.be/araneus-quadratus/

Je suis donc passé voir l'évolution du coin... Pas (encore) d'Epeire carrée (Araneus quadratus) mais une belle Epeire de velours (Agalenatea redii)...

 

 

04.07.2013Canon 029.JPG

 

 

Quelques Epeires concombres (Araniella cucurbitina/opisthographa)...

 ici un mâle, toujouts très coloré !

 

 

04.07.2013Canon 047.JPG

 

04.07.2013Canon 052.JPG

 

 

04.07.2013Canon 049.JPG

 

04.07.2013Canon 053.JPG

 

 

Le garde forestier, qui m'a rendu visite, m'expliqua aussi qu'il avait des ruches dans le coin... J'en ai profité pour lui tirer quelques photos de ses abeilles sur les nombreuses fleurs de chardon...

 

 

04.07.2013Canon 041.JPG

 

 

04.07.2013Canon 056.JPG

 

 

04.07.2013Canon 057.JPG

 

 

04.07.2013Canon 059.JPG

 

 

Pas facile les abeilles... Elles ne restent pas longtemps statiques !!

En scrutant les chardons, j'y ai aussi trouvé une petite araignée, une Phylloneta, probablement impressa me souffle Koen !

Classée précédemment chez Theridion, c'est une araignée de 3,5 à 4,8mm de corps, plutôt jolie ! Famille Theridiidae...

Les araignées de la famille des Theridiidae présentent un abdomen de forme globuleuse et des pattes très fines.
Phylloneta sisyphia et Phylloneta impressa ne sont pas séparables sur photo. Elles présentent un céphalothorax brun jaunâtre ou brun rougeâtre avec une large bande médiane noire et une marge noire.
L'abdomen est jaunâtre ou rougeâtre et présente souvent une bande claire au centre, entre deux bandes plus sombres. Ces bandes sombres sont divisées par de fines lignes claires qui partent en oblique. Ce motif, qui ressemble aux nervures d'une feuille, est à l'origine du nom du genre (de phyllos, la feuille en grec).
Les pattes sont brun clair et annelées au niveau des articulations.
Les femelles se déplacent en portant leur cocon bleu sphérique.
Elles nourrissent les jeunes en régurgitant puis en leur apportant directement de la nourriture.
Elles peuvent même être mangées par ceux-ci si elles décèdent avant qu'ils ne soient dispersés.
Il y a parfois une confusion possible avec Theridion varians. Ce dernier a les pattes jaunâtres annelées de gris.

Tiré de :

http://toutunmondedansmonjardin.perso.neuf.fr/FR/pages/ph...

 

 

04.07.2013Canon 064.JPG

 

Je n'ai pas su prendre d'autres clichés car elle s'est jetée dans les broussailles !

Hier, lors d'une autre balade près du lion de Waterloo, j'ai inspecté le feuillage de quelques chardon... et plusieurs même Phylloneta s'y trouvaient aussi !!

Photos moins sympa car pas in situ, mais ce n'est pas facile "d'arriver" à l'intérieur des feuillage de chardon...

 

 

07.07.2013Canon 034a.jpg

 

 

07.07.2013Canon 035.JPG

07.07.2013Canon 028.JPG

 

 

 

 

 

06/07/2013

Accouplement de Nesticus cellulanus - Araignée

Sous ma terrasse donnant vers le jardin... J'ai d'abord pensé à une prédation...

Photos aidant, j'ai remarqué qu'il s'agissait d'un accouplement !

Nesticus cellulanus...

 

05.07.2013Canon 031.JPG

 

05.07.2013Canon 036.JPG

 

05.07.2013Canon 039.JPG

 

05.07.2013Canon 040.JPG

 

La suivante est particulièrement intéressante...

 

 

05.07.2013Canon 040a.jpg

 

 

05.07.2013Canon 041.JPG

 

05.07.2013Canon 043.JPG

 

05.07.2013Canon 048.JPG

 

 

05.07.2013Canon 048a.jpg

 

 

Tentative d'approche... le patte à patte !!

 

 

 

 

05.07.2013Canon 050.JPG

 

 

Le mâle n'arrêtait pas de bouger se pédipalpes, comme des sémaphores, en approchant la femelle... comique !! 

05.07.2013Canon 052.JPG

 

 

05.07.2013Canon 057.JPG

 

 

05.07.2013Canon 060.JPG

 

 

05.07.2013Canon 060a.jpg

 

05.07.2013Canon 061.JPG

 

05.07.2013Canon 066.JPG

 

05.07.2013Canon 066a.jpg

 

 

Excellente vulgarisation sur la reproduction ici :

http://gtaraignees.wordpress.com/2012/05/11/et-si-nous-pa...

 

Intéressant aussi l'article suivant sur l'émasculation/castration d'araignées mâles où votre serviteur est monté au crénaux !! (voir les commentaires)

http://www.gurumed.org/2012/07/19/comment-des-femelles-ar...

04/07/2013

Papillon Tristan... enfin...!

Les premiers que je vois... en lisière de la forêt de Soignes !

 

 

04.07.2013Canon 018.JPG

 

le Tristan Aphantopus hyperantus  Koevinkje

Aisément identifiable aux ocelles nombreux et entourés de jaune, sur fond brun velouté, ce papillon est observé surtout le long des lisières boisées et des chemins forestiers ensoleillés, où il se nourrit préférentiellement sur les fleurs de ronces (Rubus spp.), en été.
 
 
 

16:38 Écrit par Richardunord dans Papillons | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/07/2013

Balade Natagora... Araignées & Cie

Lors d'une promenade dans la Campine Hennuyère, nous avons repérés des choses intéressantes...

Un Faucon hobereau qui faisait du rase-motte pour attraper des libellules, un peu lointain, certes, mais on a eu tout le temps de l'admirer...

Mon bridge Canon était un peu "court"...

 

30.06.2013CanonNatagora 102.JPG

 

Un Agrion...

 

 

30.06.2013CanonNatagora 043.JPG

Une libellule... Libellule à 4 taches/Libellula quadrimaculata 

Superbe site de détermination

http://odonates22.chez-alice.fr/anisopteres/libellule_4ta...

 

 

30.06.2013CanonNatagora 091.JPG

30.06.2013CanonNatagora 089a.jpg

 

Une grenouille verte...

 

 

30.06.2013CanonNatagora 023a.jpg

 

 

30.06.2013CanonNatagora 023.JPG

 

et ensuite quelques Arachnides...

 

Une superbe araignée-crabe Misumena vatia (Thomisidae) dont le mimétisme laisse un peu à désirer... enfin, par rapport à notre vue car celle des insectes, c'est autre chose !

 

 

30.06.2013CanonNatagora 031.JPG

 

 

30.06.2013CanonNatagora 041.JPG

 

 

30.06.2013CanonNatagora 031a.jpg

 

Au même endroit, une jolie Epeire des roseaux, Larinioides cornutus... j'adore sa couleur !!

 

 

30.06.2013CanonNatagora 030.JPG

 

 

Un peu plus loin encore, une Epeire de velours, Agalenatea redii...

 

 

30.06.2013CanonNatagora 034.JPG

 

 

30.06.2013CanonNatagora 038.JPG

 

Bien entendu, comme un peu partout, des dizaines d'Araignées-loup (Lycosidae) avec leur cocon, que j'ai laissés s'égailler sans trop les déranger...

 

 

30.06.2013CanonNatagora 007.JPG

 

 

30.06.2013CanonNatagora 009.JPG

 

 

 

 

Les deux suivantes, différentes, ont attirés mon regard... toujours des Lycosidae mais du genre Pirata...

Une femelle (handicapée) Pirata piraticus, reconnaissable aux poils blancs qui entourent sa tache cardiaque...

 

 

30.06.2013CanonNatagora 059.JPG

 

30.06.2013CanonNatagora 063.JPG

 

 

Ensuite, un mâle Pirata d'une autre espèce, Pirata latitans...

 

 

30.06.2013CanonNatagora 077.JPG

 

30.06.2013CanonNatagora 070.JPG

 

 

Le voici relaché sur un tronc...

 

 

30.06.2013CanonNatagora 081.JPG

 

 

Egalement quantité d'araignées plus courantes telles les Linyphia triangularis, sous leut oile, reconnaissables aux traits en forme de diapason de son céphalothorax...

 

30.06.2013CanonNatagora 013.JPG

 

30.06.2012Canon 013.JPG

 

 

Last but not least... toujours chez les arachnides... une tique mâle que j'ai trouvé détachée, juste au-dessous de mon genou... pourtant j'avais des bottines, chaussettes et pantalon long...

Je l'ai, bien sûr, fait identifier par un spécialiste belge et un français que je remercie pour leur célérité !

Voici leur commentaire :

 

 

"La tique ressemble fortement à Ixodes ricunus, la tique la plus commune en Belgique. Il s’agit d’un mâle... les mâles ne s’engorgent presque pas, la transmision des pathogènes est presque nulle. Maxime Madder"

 

 

"il s’agit d’un Ixodes ricinus mâle (adulte) qui est une espèces commune dans nos régions. jcg@maladies-a-tiques.com "

 

 

La bestiole...

 

 

30.06.2013CanonNatagora 113.JPG

 

 

30.06.2013CanonNatagora 115.JPG

 

 

Ixodes ricinus est une tique exophile aux habitats variés, qui recherche un hôte en se plaçant à l’affût sur les végétaux( photos). Son cycle évolutif est dit triphasique car il nécessite le passage sur trois hôtes successifs( voir schéma), avec un repas sanguin pour chaque stade de développement ( photo). Chez Ixodes ricinus le mâle ne se gorge pas.
L’homme , le chien , le chat sont des hôtes accidentels.
Les nymphes de tiques qui sont moins exigeantes dans le choix de leur hôte sont le principal vecteur de la maladie de lyme humaine.  

à lire

http://lymethique.free.fr/info_transmission.php

 

 

 

 Voici, pour comparer, une autre tique, rapportée par mon chat ce 9 janvier 2014 et qui se baladait sur mon divan... il s'agit de Ixodes hexagonus (L'écusson exagonal) identifié par le Dr Maxime Madder, spécialiste belge en tiques, de l'instituut voor Tropische Geneeskunde à Anvers ! Merci à lui !!

 

 

 

09.01.2014Canon 016.JPG

 

 Voici sa mandibule, le capitulum, typique des insectes suceurs de sang de la famile des Tiques... "La tique traverse plusieurs stades de développement, tous piqueurs. Si les jeunes larves ne restent que deux jours sur leur hôte, les femelles adultes restent 6 à 9 jours, multipliant ainsi leurs poids par 620. Elles se laissent tomber ensuite et effectuent leur ponte cachées dans la végétation" (dixit la revue Natagora n°58)

 

09.01.2014Canon 028.JPG

 

 

 

 

 

Plante carnivore - Rossolis intermédiaire (Drosera intermedia)

Situation du biotope : La Campine Hennuyère, des mares de tourbe ou de sable tourbeux, landes humides pseudotourbeuses, les clairières dans les bruyères détrempées !!

Ce dimanche 30 juin, petite balade avec un groupe Natagora, section photo...

Notre guide, pétri de connaissances entomologiques , nous a fait découvrir un faucon hobereau, des libellules, grenouilles, insectes, arachnides... et des plantes remarquables. Nous sommes même tombés, par hasard, sur des plantes carnivores plutôt rares... il va sans dire que nous avons respecté le biotope et appliqué nos cours d'étique...

En language vernaculaire (language courant) ce sont des Rossolis intermédiaire (Drosera intermedia) - très rare et menacée - et Rossolis à feuilles rondes (Drosera rotundifolia) plus courante (même en région de Wavre... en 1878) !

Source : http://webissimo.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/11...

 

Alors, c'est là que l'écran orientable de mon bridge Canon prend toute sa valeur... au ras de l'eau... ça donne ceci :

Rossolis intermédiaire (Drosera intermedia) - considérée, en région Campinienne, comme rare !

 

 

30.06.2013CanonNatagora 019a.jpg

 

En y regardant bien, on trouve même une proie dans sa partie supérieure !

 

 

30.06.2013CanonNatagora 021.JPG

 

30.06.2013CanonNatagora 019.JPG

 

A lire, de Natagora : http://www.natagora.org/index.php?option=com_content&...

 

 

Rossolis intermédiaire (Drosera intermedia)

 

Il s’agit d’une petite plante carnivore vivace haute de 5 à 10 cm, fleurissant en juillet-août. Les feuilles sont dressées, à limbe obovale, 2-3 fois plus long que large et graduellement rétréci en pétiole. La hampe florale est longue de2 à 5 cm, naît latéralement à la tige principale, un peu coudée à la base et atteint au plus 2 fois la longueur des feuilles. Les fleurs sont blanches. On le retrouve dans les tourbières et dans les bruyères humides mais principalement sur des sols tourbeux humides. A l’heure actuelle, il est devenu extrêmement rare en Belgique. Il s’agit d’une espèce d’Europe occidentale et médiane. Anciennement, en Belgique, on le retrouvait en Flandre, en Campine, dans le Brabant, en Ardenne et en Lorraine. Il n’est pas présent sur la commune de Gedinne. Cependant, il est renseigné dans les Ardennes françaises.

 

Cette espèce de plante dite "carnivore" capture ses proies à l'aide de petites gouttelettes de glu situées à l'extrémité de poils mobiles recouvrant, en partie ou en totalité, la plante.

 

Les insectes, attirés par les reflets des gouttelettes (ce qui explique le nom français "rossolis" qui signifie "couvert de rosée") et leurs couleurs, souvent vives. Grâce à cet aspect, ils croient venir se désaltérer et se retrouvent ainsi englués. En essayant de se libérer, ils vont s'engluer de plus en plus pendant que les poils se trouvant aux alentours, tels des tentacules, vont lentement se pencher vers la proie pour augmenter encore l'emprise. On peut même observer la feuille entière se recourber sur sa proie.

 

Une fois la digestion terminée les restes de l’insectes seront évacués par la pluie.

Autres sources :

 

  • Drosera intermedia Rossolis intermédiaire qui possède des feuilles allongées en forme de raquette, très rare dans les Vosges, est protégée au niveau national comme toutes les Drosera ; c'est la seule Drosera dont la tige florale s'élève latéralement à la rosette basale des feuilles

http://www.monde-de-lupa.fr/Medicinales/PagesMed/Drosera%...

 

 

 Autre description scientifique trouvée sur Internet :

 

 "La droséra est une plante de tourbière, dont le sol est pauvre en ions nitrates ( NO3). Elle est autotrophe pour le carbone, comme les végétaux chlorophylliens, mais elle est hétérotrophe pour l'azote. Pour satisfaire ses besoins en matière azotées, elle capture de petites animaux et utilise leurs molécules protéiques.
Elle fait partie des plantes dites « carnivores ». Dès qu'un insecte se pose sur une feuille de droséra, il est englué dans le liquide visqueux qui perle à l'extrémité des « tentacules » de la plante. L'insecte est progressivement enserré dans le piège de la feuille et quelques jours après, seuls des débris du squelette restent : le reste a été digéré."

http://forums.futura-sciences.com/exercices-biologie/5684...

 

 En Belgique, les Droséracées ne sont représentées que par le genre Drosera, avec, outre l'espèce qui nous intéresse ici, le Rossolis intermédiaire (Drosera intermedia HAYNE, assez rare en Campine, ailleurs très rare, en voie de disparition ou inexistant) et par le Rossolis à feuilles longues (Drosera anglica HUDS., jadis très rare en Campine et aujourd'hui probablement disparu).

http://www.amisdelafagne.be/HF/HF%20Flore/plantes/Rossoli...

 

 

Le Rossolis intermédiaire est une espèce des clairières dans des bruyères détrempées. Cette petite plante a encore été observée au milieu du 20e siècle, dans une bruyère humide à Saint-Job (BR, 1953Mervielde)

 

http://documentation.bruxellesenvironnement.be/documents/...

 

 

A lire aussi :

http://www.tela-botanica.org/eflore/BDNFF/4.02/nn/23104/e...