11/09/2013

Les "exotiques" des jardineries ... Araignées

 

 Pour les puristes, il est de notoriété publique que certaines araignées, telles les Uloboridae (araignées sans venin) et plus précisément les Uloborus plumipes, se retrouvent souvent chez les fleuristes et autres serres et jardineries...

Lire l'excellent article de Spidermanneke ici :

http://gtaraignees.wordpress.com/2013/02/26/araignee-du-m...

Dans mon blog, j'ai aussi quelques autres Uloborus :

http://gtaraignees.wordpress.com/2013/02/26/araignee-du-m...

Bref, j'ai donc visité une grande jardinerie près de Wavre, à Louvain-la-neuve, à savoir "Oh Green" (ex Goldies), pour essayer d'en repérer les arachnides dites "exotiques" car ne se retrouvant pas en milieu naturel chez nous !

Et j'ai été servi... Pour les Uloborus plumipes, pas de surprise, il y en avait des centaines, de toute taille... un peu partout, sur les vitres et sur les plantes ! Certaines étaient fort petites et nécessitaient un regard aiguisé !

Leur toile, dite cribellate, est assez caractéristique... un genre de toile cotonneuse qui fonctionne comme le velcro... très efficace... On remarque souvent un genre de "stabilimentum"... comme ici

 

"Uloborus walckenaerius et U. plumipes construisent une toile circulaire mais presque horizontale et entrecoupée parfois d’un stabilimentum…"

 

 

30.08.2013Canon 019.JPG

 

 

28.08.2013Canon 066.JPG

 

Leur cocon est aussi assez caractéristique...

 

 

 

30.08.2013Canon 022.JPG

 

 

 

 

 

 

30.08.2013Canon 050.JPG

 

 

30.08.2013Canon 134.JPG

 

 

Voici une vue ventrale d'U. plumipes... On remarque les petits plumeaux de poils (ici discrets) sur les pattes avants...

 

 

 

 

 

30.08.2013Canon 100.JPG

 

 

Sur celle ci-dessous, on remarque bien les deux bosses, les deux proéminences, en haut de l'abdomen...

 

 

30.08.2013Canon 127.JPG

 

 

28.08.2013Canon 015a.jpg

 

 

28.08.2013Canon 020.JPG

 

 

28.08.2013Canon 020a.jpg

 

 

Une vue ventrale où l'on voit bien les plumeaux, au bout des pattes...

 

 

28.08.2013Canon 042.JPG

 

 

28.08.2013Canon 042a.jpg

 

 

12.09.2013Canon 025.JPG

 

 

12.09.2013Canon 027.JPG

 

La série suivante nous montre un Uloborus en plein repas, ce qui ne l'empêche pas d'intercepter une mouche au passage !!

 

 

12.09.2013Canon 029.JPG

12.09.2013Canon 030.JPG

12.09.2013Canon 032.JPG

12.09.2013Canon 033.JPG

 

Un autre en plein repas !

 

12.09.2013Canon 034.JPG

 

Elles sont partout, minuscule... ici entre deux pots, juste au niveau du rebord...

 

12.09.2013Canon 039.JPG

 

Mais ce sont des bestioles sans danger puisque sans venin et bien utiles !!

 

12.09.2013Canon 040.JPG

 

En voici un dernier en train d'emballer une proie !!

 

 

12.09.2013Canon 052.JPG

 

 

 

 Voilà pour les Uloborus plumipes... !

 

Mais j'ai aussi eu la bonne surprise de trouver d'autres arachnides "exotiques"... A commencer par la cousine méridionale de notre très commun Pholque (Pholcus phalangioides), l'Holocnemus pluchei, l'araignée de Pluche, du nom de son découvreur, Noël-Antoine Pluche 1750 !

Le fascicule n° 55 de la Hulotte nous les présente bien en 41 pages, Pholcus et Holocnemus...

"Holocnemus est un mot latin qui veut dire : "tout en pattes", ce qui n'est pas mal vu car, aussi incroyable que cela puisse paraître, la bête en question possède des guibolles encore plus longues que celles de Pholcus" (La Hulotte)

Pour un oeil averti, Holocnemus est distinguable de Pholcus par sa robe, beaucoup plus dessinée...

 

 

 

12.09.2013Canon 098.JPG

 

 

 

28.08.2013Canon 059.JPG

 

 

30.08.2013Canon 030.JPG

 

 

La disposition oculaire des Pholcidae est aussi particulière, ici Holocnemus

 

 

30.08.2013Canon 034.JPG

 

 

Contrairement aux Pholcus, les Holocnemus n'ont pas peur de la lumière et construisent volontiers leur toile contre une fenêtre, comme ici, sur les vitre de cette serre !

 

 

30.08.2013Canon 042.JPG

 

 

30.08.2013Canon 110.JPG

 

30.08.2013Canon 039.JPG

 

 

30.08.2013Canon 156.JPG

 

 

Le fascicule 55 de la Hulotte nous avise 6 différences entre ces deux araignées...

 

1) Holocnemus a le dessous du ventre sombre, presque noir. Pholcus à le ventre clair...

Vue ventrale d'Holocnemus 

 

 

30.08.2013Canon 048.JPG

 

 

J'ai eu très difficile de retrouver des vues ventrales de Pholcus dans ma banque d'images... les voici enfin...

 

 

31-07-2008 020
 
 
Pholcus, à droite, en pleine prédation d'un Opilion ! Alors je vous dit pas... avec la longueur des pattes de ces deux bestioles, on pourrait presque tricoter !
 
 
22-12-2006 052

 

 

La suivante n'est pas non plus présente à l'état naturel chez nous, en Belgique... C'est donc bien une exotique pour nous. La Steatoda nobilis... dite aussi "Veuve noble" en language vernaculaire, populaire !

J'ai déjà trouvé cette araignée en France, à l'île de Ré (voir catégories). J'en ai pas trouvé beaucoup dans cette jardinerie, mais quelques couple quand même, ça suffit !

 

Femelle Steatoda nobilis

 

30.08.2013Canon 054.JPG

 

 

30.08.2013Canon 056.JPG

 

Le mâle... plus impressionnant !!

 

 

30.08.2013Canon 148.JPG

 

 

7mm de corps...

 

 

30.08.2013Canon 146.JPG

 

 

C'est une araignée que je manipulerais pas à main nue...

Voici une belle vulgarisation du Guide des Araignées de France et d'Europe de Michael J. Roberts (édition delachaux et niestlé) que je conseille à tout le monde :

 

 

12.09.2013Canon 002.JPG

 

Je viens de retourner dans cette jardinerie... plus de trace de ces Steatoda nolbilis... nettoyage ?

 

 

J'ai pu aussi admirer quelques Theridiidae avec leurs cocons et naissances... enfin, sortie de cocon... 

On n'est plus dans les araignées "exotiques" là, quoiqu'il faudrait les attraper et les passer sous une loupe binoculaire pour en avoir une certitude... mais c'est quelque chose que je ne fais pas...

J'avoue ne pas savoir très bien de quelle espèce il s'agit, j'attends que Koen Van Keer (ARABEL) me donne son avis !

 

 

"Bonjour Richard, je crois que les premières Theridiidae sont aussi des Achaearanea s.l. Une espèce qu'est souvent trouvé dans des serres, est Cryptachaea blattea (anciennement Achaearanea acoreensis), mais bon, sans étude des organes génitaux, on ne peut que deviner... Koen"

 

 

30.08.2013Canon 075.JPG

 

 

30.08.2013Canon 076.JPG

 

 

30.08.2013Canon 077.JPG

 

 

30.08.2013Canon 079.JPG

 

 

30.08.2013Canon 080.JPG

 

 

 

 

 

12.09.2013Canon 095.JPG

 

 

 

30.08.2013Canon 086.JPG

 

 

30.08.2013Canon 092a.jpg

 

 

30.08.2013Canon 093.JPG

 

 

Pour les suivantes, toujours chez Theridiidae, je crois reconnaître des Parasteatoda (anciennement Achaearanea), typique avec leur abdomen plud épais que long en vue latérale !

 

 

30.08.2013Canon 101.JPG

 

 

 

30.08.2013Canon 102.JPG

 

 

30.08.2013Canon 103.JPG

 

 

30.08.2013Canon 105.JPG

 

 

30.08.2013Canon 106.JPG

 

 

30.08.2013Canon 107.JPG

 

 

et à un autre endroit... un autre espèce ?

Peut-être aussi cette fameuse Cryptachaea blattea (anciennementAchaearanea acoreensis)

 dont nous parle Koen Van Keer

 

 

30.08.2013Canon 120.JPG

 

 

30.08.2013Canon 124.JPG

 

 

30.08.2013Canon 126.JPG

 

 

Je suis retourné cette semaine au même endroit...

 

12.09.2013Canon 061.JPG

 

 

Voilà pourquoi on les aime !!

 

12.09.2013Canon 059.JPG

 

12.09.2013Canon 083.JPG

 

12.09.2013Canon 085.JPG

12.09.2013Canon 087.JPG

12.09.2013Canon 089.JPG

12.09.2013Canon 092.JPG

 

12.09.2013Canon 095.JPG

 

 

12.09.2013Canon 101.JPG

 

12.09.2013Canon 105.JPG

 

 

Je continuerai plus tard avec des araignées plus courantes et un groupe d'Opilions, toujours dans cette jardinerie...

 

 

 

21/12/2011

Les livres...

Alors... mes bouquins de références"...

Ce n'est qu'en 2006 que cette "passion" m'est venue... J'ai alors chiné, chez les bouquinistes de ma région et suis, bien sûr, tombé sur des bouquins obsolètes mais qui avaient le mérite d'exister et qui était le fruit de recherches et d'observations dignes d'intérêt !

Une vieille Encyclopédie entomologique, "Les Arachnides" par Lucien Berland (1932) édition Paul Chevalier & Fils


-Beaucoup d'infos qui m'ont bien servi concernant les diapasons à utiliser pour faire sortir les arachnides de leur repaire, l'explication de l'autotomie (ou l'art de séparer d'une patte lors d'une emprise...), explication retrouvée bien sûr après dans d'autres ouvrages, des "scopules", ces coussinets de poils qui permettent à certaines espèces de grimper sur les supports les plus lisses et d'autres détails style : "Certaines araignées accouplées fin novembre, ne pondront qu'au mois de juillet de l'année suivante (spermatèque...)" et, en qui concerne les manoeuvres pré-nuptiales, il continue : "... Tandis que chez la plupart des animaux, la possession est brutale et ne s'accompagne d'aucun acte accessoire, ici y préludent toute une série de manoeuvres remarquables, et qui placent les araignées à un haut degré dans l'échelle psychique des êtres" rien que ça !...les araignées seraient attirées par la musique,  Bref, 1932, certes désuet, mais encore plein d'enseignement !

C'était mon premier bouquin... d'autres suivirent, bien sûr, et j'y reviendrai !

 

 

 

Actuellement, deux se bousculent sur ma table...

Un, tout neuf, sorti en novembre 2011 :

 Arachna - Les voyages d'une femme araignée - par Christine Rollard aux éditions Belin, réputée aranéologue française que j'ai croisée lors d'une réunion d'ARABEL...  et qu'il me tarde de lire... en le feuilletant, j'y ai déjà vu de superbes clichés...

 

 

 

 

21-12-2011 064.jpg

 

 

Remarquez le reflet de ses yeux... Whaw, belle réussite !!

 

 

21-12-2011 064a.jpg

 

J'ai échangé mes impressions avec l'auteur(e)... Si vous avez le temps, elles sont visibles sur le forum http://araignees.xooit.fr/t4066-Qui-l-a-lu.htm#p30253 avec réactions de forumeuses(eurs)

 

 

 

Un autre, découvert un peu par hasard car rien dans son titre de parlait d'arachnides :

 

 

 

 

25-12-2011 070.jpg

 

 

 

Les Insectes - de Vincent Albouy et André Fouquet (avec lesquels je corresponds) aux éditions Delachaux & Niestlé dont je vous donnerai mon avis après lecture (http://www.passionculture.fr/9782603017579-reconnaitre-fa...#)

Pour rappel, les araignées (8 pattes) ne font pas partie des insectes (6 pattes) mais des arachnides !!

Ce qui m'a intéressé chez eux, ce sont les noms vernaculaires (populaires) cités dans l'ouvrage... je suis un inconditionnel de l'utilisation des noms scientifiques, pour que tout le monde se comprenne... mais les noms français, vernaculaires et populaires m'intéressent aussi... chaque langue désigne d'ailleurs, parfois d'une manière plus imagée et pertinente, un nom scientifique dont l'origine nous dépasse... mais malheureusement cela reste parfois trop vague... comme une "Epeire" par exemple... un nom qui regroupe une bonne dizaine de genres et d'espèces...

Mais j'y reviendrai avec notre échange épistolaire...

Me revoilà...

Bon, ce livre "Les insectes" nous montre beaucoup de bons clichés pour reconnaître les insectes et arachnides, classés par biotope, arbes & buissons, troncs, poteaux & murs, herbes & plantes basses, fleurs, sol, et sous les pierres, rondins et écorces...

Pour la détermination des araignées, c'est correct... la taille est indiquée avec une brève description de la bestiole et son biotope... Bon, il manque pas mal d'espèces, ce sont les plus courantes (4 espèces pour le premier biotope, 9 pour la deuxième, puis 15, 7,6 et 4). Un peu court pour moi mais la part est faite belle aux insectes, ce qui est le but du livre...

Voici l'échange de courriels avec les auteurs dont je remercie la célérité des réponses et leur aimable "accessibilité" !

 

A commencer à lire par le bas pour respecter la chronologie... :-)))

 

"Bonsoir Richard,

 
Nous tenions, absolument, aux noms vernaculaires. Pour un certain nombre d'espèces de ce livre - araignées ou insectes - nous avons repris des appellations déjà utilisées dans des guides de vulgarisation publiés auparavant. Par exemple, dans "Insectes d'Europe" d'Heiko Bellmann, adapté en Français par Gérard Ch. Luquet chez Artémis ou dans les ouvrages de Gaëtan du Châtenet chez N.A.P.  Faute de les avoir découverts dans la littérature, nous avons créé d'autres nom de toutes pièces, en essayant, le plus souvent, de traduire les noms scientifiques ou en insistant sur une particularité de la bestiole. J'ai ressorti, pour cela, mon vieux Gaffiot ainsi qu'un ouvrage sur les racines grecques. Pour une espèce non mentionnée dans l'ouvrage, mais que nous ajouterons peut-être à une prochaine édition revue et augmentée : Metellina segmentata, je proposerai, par exemple, la méta chamarrée.
Très cordialement.
André.
 

Sent:Tuesday, December 06, 2011 6:02 PM

Subject: Re: Araignées du Far-West

 

 

 

Bonsoir André,
 
Grand merci pour la célérité de votre réponse !
J’avoue ne pas (encore) avoir acheté votre livre mais ai pu le compulser chez une connaissance !
Ce qui m’a beaucoup intéressé ce sont les noms vernaculaires français des araignées... J’ai cherché, en vain, à les trouver sur Internet... Qu’elles sont vos sources ?
C’est intéressant car chaque langue a ses propres noms vernaculaires et c’est toujours attractif de comparer les noms français, anglais et néerlandais !
J’irai acheter votre livre prochainement pour approfondir tout cela !
Encore merci pour votre disponibilité.
Bien à vous,
 
Richard
 
Sent: Tuesday, December 06, 2011 5:09 PM
Subject: Araignées du Far-West
 
Bonjour,
 
Coralie Matera, de chez Delachaux et Niestlé, me transmet votre courriel. J'espère que vous apprécié le livre que Vincent Albouy et moi-même avons réalisé. Je suis, bien sûr, allé faire un tour sur votre site. Cela m'a permis de constater que, comparé à vous, je n'étais qu'un très modeste arachnophile. Cependant, ma photothèque comporte une bonne soixantaine d'espèces, sans compter les araignées non identifiées. Presque toutes ont été observées dans l'ouest de la France. Je suis tout prêt à ouvrir la discussion avec vous.
Très cordialement.
 

 

André Fouquet.
 
 
Vincent Albouy n'est pas en reste :
 
 
 
Sent: Thursday, December 08, 2011 8:06 AM
Subject: Re: noms vernaculaires
 
 
Bonjour Richard,
 
Je suis depuis longtemps un adepte du couple nom vernaculaire/binome latin. Le second, parce qu'entomologiste systématicien dans ma jeunesse, je sais bien que c'est
le seul moyen d'éviter toute confusion. Le premier, parce que vulgarisateur et conférencier auprès du grand public depuis quelques années, je vois bien que le latin
hérisse et bloque la plupart des non-spécialistes. Un livre n'utilisant que les binomes latins est classé "scientifique" et laissé aux spécialistes, même si son texte est à la
portée du grand public.
 
Il n'existe que très peu de listes de noms vernaculaires. Je n'en possède qu'une, rédigée par Christian Luquet, pour les papillons de jour. Les espèces communes ou
celles appartenant à des groupes ayant fait l'objet de guides grand public possèdent en général un (ou plusieurs) noms vernaculaires. Comme vous l'a dit André, nous
avons puisé prioritairement à cette source.
En source annexe, il reste les vieux livres de la fin du XVIIIe et du début du XIXe, qui donnent souvent un nom vernaculaire traduit du latin, mais qui ne concernent que la
petite minorité d'espèces déjà décrites à cette époque. J'utilise aussi beaucoup Internet, en tapant le nom latin et en voyant ce qui sort. Les anglais utilisant
systématiquement des noms vernaculaires, il suffit de les traduire s'ils paraissent acceptable (un nom très ramassé en anglais peut devenir trop long en français).
 
Et puis, en dernier recours, il faut créer les noms qui manquent, en suivant les règles qu'André a décrites dans son message.
 
Pour ce qui concerne les araignées, peu de noms vernaculaires existants, pas de liste à ma connaissance. Le guide ne concernant que peu d'espèces, cela n'a pas été
trop genant pour nous. Mais nous avons du en créer une bonne moitié.
 
Pour répondre à votre dernière question, je suis un handicapé d'Internet. C'est arrivé trop tard dans ma vie pour que je le range dans mes outils de travail quotidiens.
Pour formuler les choses autrement, je trouve que cela prend beaucoup trop de temps de s'occuper d'un blog, de lire et répondre aux messages qui circulent sur les
forums. Je préfère consacrer ce temps à observer les bestioles dans la nature. Je n'utilise Internet que pour aller chercher activement et volontairement les infos dont j'ai
besoin. De ce point de vue, c'est un outil irremplaçable, une vraie bibliothèque mondiale, à condition de bien savoir trier les sources.
 
Cordialement,
 
Vincent
 
 
 
 
> Message du 07/12/11 20:33
 
 
> Bonsoir Vincent et merci pour votre réponse.
> J'avais, en parallèle, contacté aussi votre comparse, André Fouquet, dont je
> reproduis ci-dessous les réponses... mais votre avis est aussi le bienvenu !
> J'aime aussi beaucoup les noms vernaculaires mais je m'en méfie quelque
> peu... lorsqu'on parle d'Epeire par exemple, il y a une flopée d'araignées
> qui sont concernées !!
> Avez-vous fait une liste de ces noms vernaculaires dont je pourrais me
> référer en cas de besoin dans mon blog spécial arachnides
> (http://richardunord6.skynetblogs.be/) ou dans les forums que je visite !
> Participez-vous à certains forums ?
> Grand merci encore pour votre réponse et au plaisir de vous lire,
>
> Richard Louvigny
 
 
 
Alors le livre suivant, avec une couverture plastique et qu'on peut glisser dans sa poche, est un guide Vigot sur les araignées de M. Baehr & H. Bellmann (120 pages)
 
 
 

25-12-2011 071.jpg

 

 

De biens jolies photos aussi, aussi répertoriées par biotope avec beaucoup de noms vernaculaires !

Des araignées courantes, certes (132 sur les 1600 espèces européennes...quoiqu'il y en ai plusieurs dont je ne connaissais pas l'existence... tant mieux... et d'autres, que je rencontre fréquemment, n'y sont pas (Tegenaria parietina, Psilochorus...) !

D'excellentes photos donc et un guide agréable... Outre les caractéristiques complètes et l'habitat, les remarques sont aussi assez fouillées !

Mais je suis loin d'avoir tout lu et y reviendrai à l'occasion !

 

17:50 Écrit par Richard dans Livres | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |