18/05/2010

Alchimie et araignée...

Quelques textes, outre celui de Victor Hugo ci-dessous, qu'il m'a plu de lire...

 

 

L’aversion ou le dégoût : c’est le contraire du désir. C’est quelque chose ou quelqu’un qui ne me plaît pas. Quelque chose ou quelqu’un que j’aimerais faire disparaître. C’est la peur, la colère, la jalousie, la contrariété, l’irritation, la frustration, le stress... Face à ces sentiments, nous refusons généralement de prendre nos responsabilités : c’est ce quelque chose ou ce quelqu’un qui est en cause, pas moi : si j’ai peur, c’est parce qu’il y a une araignée; si je suis en colère, c’est parce que c’est un imbécile. En fait, au contraire, le seul responsable, c’est moi ! De nombreuses personnes n'ont pas peur des araignées et ne se mettent pas en colère lorsqu'elles sont confrontées à des "imbéciles". C'est donc vous qui faites la différence, pas l'araignée !

Lu ici : http://www.lemendiant.fr/frame_alchimie.htm

 

 

Autre genre :

 

 

 

 

 Les anciens regardaient comme un présage funeste les toiles d'araignées qui s'attachaient aux étendards et aux statues des dieux.
Chez nous, une araignée qui court ou qui file promet de l' argent ; les uns prétendent que c'est de l'argent le matin et le soir une nouvelle ; d'autres, au contraire, vous citeront ce proverbe-axiome : araignée du matin, petit chagrin ; araignée de midi, petit profit ; araignée du soir, petit espoir. Mais , comme dit M. Salgues, si les araignées étaient le signe de la richesse, personne ne serait plus riche que les pauvres.
Quelques personnes croient aussi qu'une araignée est toujours l'avant-coureur d'une nouvelle heureuse , si on a le bonheur de l'écraser. M. de T***, qui avait cette opinion, donna, en 1790, au théâtre de Saint-Pétersbourg , une tragédie intitulée Abaco et Moïna . La nuit qui en précéda la représentation, au moment de se coucher, il aperçut une araignée à côté de son lit . La vue de l' insecte lui fit plaisir ; il se hâta d'assurer la bonté du présage en l'écrasant ; il avait saisi sa pantoufle , mais l'émotion qu'il éprouvait fit manquer le coup, l'araignée disparut. Il passa deux heures à la chercher en vain, fatigué de ses efforts inutiles, il se jeta sur son lit avec désespoir :
« le bonheur était là, s'écria-t-il, et je l'ai perdu ! Ah ! ma pauvre tragédie ! »
Le lendemain il fut tenté de retirer sa pièce , mais un de ses amis l'en empêcha ; la pièce alla aux nues et l' auteur n'en demeura pas moins persuadé qu'une araignée porte bonheur lorsqu'on l'écrase.
Dans le bon temps de la loterie , des femmes enfermaient le soir une araignée dans une boite, avec les quatre-vingt-dix numéros écrits sur de petits carrés de papier. L'araignée, en manoeuvrant la nuit, retournait quelques-uns de ces papiers. Ceux qui étaient retournés de la sorte, étaient regardés le lendemain matin comme numéros gagnants.
Cependant les toiles d'araignées sont utiles : appliquées sur une blessure, elles arrêtent le sang et empêchent que la plaie ne s'enflamme. Mais il ne faut peut-être pas croire, avec l'auteur des Admirables secrets d'Albert le Grand , que l'araignée pilée et mise en cataplasme sur les tempes guérisse la fièvre tierce.
Avant que Lalande eût fait voir qu'on pouvait manger des araignées, on les regardait généralement comme un poison . Un religieux du Mans disant la messe, une araignée tomba dans le calice après la consécration . Le moine , sans hésiter, avala l'insecte. On s'attendait à le voir enfler ; ce qui n'eut pas lieu.
Il y a de vilaines histoires sur le compte des araignées. N'oublions pourtant pas que, dans son cachot, Pélisson en avait apprivoisé une que Delille a célébrée. Mais la tarentule est aussi une araignée !..
Le maréchal de Saxe, traversant un village, coucha dans une auberge infestée, disait-on, de revenants qui étouffaient les voyageurs. On citait des exemples. Il ordonna à son domestique de veiller la moitié de la nuit, promettant de lui céder ensuite son lit et de faire alors sentinelle à sa place . À deux heures du matin, rien n'avait encore paru. Le domestique, sentant ses yeux s'appesantir, va éveiller son maître , qui ne répond point ; il le croit assoupi et le secoue inutilement. Effrayé, il prend la lumière , ouvre les draps , et voit le maréchal baigné dans son sang. Une araignée monstrueuse lui suçait le sein gauche . Il court prendre des pincettes pour combattre cet ennemi d'un nouveau genre, saisit l'araignée et la jette au feu. Ce ne fut qu'après un long assoupissement que le maréchal reprit ses sens et depuis lors on n'entendit plus parler de revenants dans l'auberge.
Nous ne garantissons pas cette anecdote, conservée dans plusieurs recueils.
Au reste, l'araignée a de quoi se consoler de notre horreur et de nos mépris . Les nègres de la Côte-d'Or attribuent la création de l'homme à une grosse araignée qu'ils nomment Anansié , et ils révèrent les plus belles araignées comme des divinités puissantes.

Tiré de : http://www.viamenta.com/dictionnairesciencesoccultes/dictionnairesciencesoccultes-a/araignees.htm

19:25 Écrit par Richardunord dans Araignées | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : alchimie |  Facebook |